La North Touch - lille-design

La North Touch – lille-design

Rendez-vous à La Condition Publique à Roubaix du vendredi 14 au dimanche 16 octobre pour rencontrer plus de 70 designers et découvrir plus de 80 projets. Au programme, des expositions, des ateliers, des rencontres et de la musique !!

Organisée par et à la Condition Publique en partenariat avec lille–design, La North Touch promet de nous faire découvrir le design sous de multiples facettes.

Une édition papier spéciale « The North Touch » proposera le portrait des designers associés. Un travail de rédaction auquel j’ai contribué avec notamment les deux projets ci-dessous.

 

http://www.lille-design.com

 

Etagère L – Edition Objet Optimisé – Aurélien  Veyrat

Etagère L - Aurélien Veyrat

Etagère L – Aurélien Veyrat

« L est une étagère constituée de plusieurs modules identiques qui ne nécessite aucun outil et aucune quincaillerie pour être montée et démontée à l’infini. »

Le travail d’Aurélien Veyrat a pour objectif de simplifier, d’aller à l’essentiel, d’exploiter le plus possible les process industriels, de ne pas perdre de matière, d’utiliser des bois certifiés, de fabriquer au plus près de chez lui… L’étagère L s’inscrit dans cette démarche.

« Je voulais dessiner un module qui permette de créer des étagères de tailles variées et que l’on puisse monter et démonter sans outil et sans vis. J’ai échangé avec une entreprise de cintrage de bois et plutôt que de générer une nouvelle forme complexe à mettre en œuvre à travers la création d’un nouveau moule, j’ai détourné une forme utilisée pour la fabrication d’un accoudoir ou d’une assise. Le module L et ses possibilités infinies d’utilisation est alors né. »

Le projet mûrit entre 2013 et les prototypes reçus en 2015. Le designer teste l’étagère en la faisant monter et démonter par des enfants et des personnes de son entourage peu réputées par leur sens du bricolage. Les exécutants montent et démontent des étagères de formes différentes en cinq minutes. L’objectif est atteint.

L est donc un module unique, fabriqué en France. C’est une pièce de bois cintré qui existe en trois finitions : hêtre vernis mat, bouleau vernis mat et noyer vernis mat. Le montage de l’étagère nécessite zéro clou, zéro vis, zéro outil, zéro colle, zéro mode d’emploi. Le montage et le démontage se renouvellent à l’infini.

Le label Objet Optimisé crée par Aurélien Veyrat distribue l’étagère L. Le label prône le moins et le mieux. Il se fixe comme objectif d’offrir des solutions simples, modulaires et réfléchies pour un habitat durable et adapté aux modes de vie actuels.

Aurélien  Veyrat profite d’un double cursus. Il a suivi une formation artistique à l’Ecole Supérieur d’Art et de Design de Saint-Etienne (ESADSE) puis à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (ENSAD) à Paris, ce qui lui permet de gérer tous les aspects d’un projet

Depuis 2006, il œuvre à la tête de son propre atelier de réflexion en design et scénographie, AAVRA. www.aavra.com  www.objetoptimise.com

 

TATOUS – Valentin Van Ravestyn

Tatous - Valentin Van Ravestyn

Tatous – Valentin Van Ravestyn

TATOUS - Valentin Van Ravestyn

TATOUS – Valentin Van Ravestyn

Tatous est une recherche autour de la souplesse du bois. Un matériau fin et résistant en est tiré et exploité sous différentes formes de mobiliers.

Le projet de Valentin Van Ravestyn est né de son travail de fin d’études en dernière année de master en Design Industriel en 2014 à l’ENSAV La Cambre à Bruxelles. Il souhaite rendre le bois souple et oriente ses recherches vers les bois les plus fins. Il espère enlever le côté massif dur du bois pour le rendre plus aérien et léger.

« Cela fait un an et demi que je mène ce projet et que je développe moi-même le matériau qui fait naître le projet Tatous dans mon atelier. Celui-ci est composé d’un placage de bois mais aussi d’une âme en polymère qui permet d’obtenir à la fois de la souplesse et de la rigidité. Des motifs particuliers sont découpés au laser et sont étudiés pour influencer les déformations lorsque l’on vient s’assoir. »

Cette peau de bois vient alors s’articuler autour de la structure métallique et est fixée à l’aide d’une corde comme une couture autour d’un tissu.

Aux questions : a t’il exploité toutes les techniques pour courber du bois, a t’il épuisé toutes les possibilités ? Valentin répond « je poursuis l’image d’un bois que l’on pourrait travailler comme une feuille ou un textile à partir d’une seule surface pour parvenir à le plier, à le courber afin de générer du volume et de le maintenir flexible. »

Si l’entreprise de rendre le bois souple peut sembler paradoxale, c’est en tout cas bien cet aspect qui anime le designer. Aujourd’hui, il parvient à créer des découpes, des rainures ainsi que des motifs découpés qui donnent raison au projet TATOUS. Il s’appuie notamment sur des méthodes actuelles de production telles que la découpe au laser.

À terme, Valentin Van Ravestyn aimerait pouvoir développer cette matière de manière industrielle ou trouver d’éventuels fabricants innovants dans ce secteur.

Le jeune homme exerce actuellement comme designer freelance à Bruxelles. Ses différents clients sont des agences de design produits.

 www.valentin-vanravestyn.com