Le Festival du Cinéma et Musique de Film s’est achevé dimanche 15 novembre entre ombres et lumières. Les attentats sanglants à Paris / vendredi 13 ont profondément altéré la fête. Le Festival a décidé de continuer ses projections, de remettre ses Ibis d’or le samedi 14 novembre, lors d’une soirée hommage au compositeur Michel Legrand présent avec son épouse Macha Méril. Les sept films en compétition nous ont fait voyager, pénétrer dans des cultures d’ici et d’ailleurs et entendre des musiques qui resteront envers et contre tout. Retour sur les moments forts de cette 2ème édition bauloise.

www.festival-labaule.com

Jury festival du Cinéma et de Musique de Film de La Baule. De gauche à droite : Eric Michon, Elisa Tovati, Gérard Corbiau, Pauline Lefevre et Edouard Montoute

Jury festival du Cinéma et de Musique de Film de La Baule. De gauche à droite : Eric Michon, Elisa Tovati, Gérard Corbiau, Pauline Lefevre et Edouard Montoute

. « A peine j’ouvre les yeux » de Leyla Bouzid (Tunisie) 

Trois Ibis d’or : meilleur film, meilleure musique de film / Khyam Allami, meilleure actrice / Baya Medhaffer, ex-aequo avec Ghalia Benali.

Musique : Khyam Allami

A peine j'ouvre les yeux / Réalisé par Leyla Bouzid / Ibis d’or de la meilleure musique de film (signée Khyam Allami), et celui du meilleur film.

A peine j’ouvre les yeux / Réalisé par Leyla Bouzid / Ibis d’or de la meilleure musique de film (signée Khyam Allami), et celui du meilleur film.

Baya Medhaffera (Ibis d’or de la meilleure actrice) a lu un message de la réalisatrice Leya Bouzid, 31 ans, dont le film raconte l’histoire d’une jeune tunisienne chanteuse d’un groupe de rock engagé qui se bat pour sa liberté d’expression. Elle a rappelé les attentats qui ont touché Tunis et Sousse avant Paris. « J’ai envie de vous dire que notre élan de vie est inaliénable. Vive la vie, la musique, et la liberté. Personne n’arrivera à les tuer « , a lancé l’actrice au nom de la réalisatrice.

Synopsis :

Tunis, été 2010, quelques mois avant la Révolution, Farah 18 ans passe son bac et sa famille l’imagine déjà médecin. Mais elle ne voit pas les choses de la même manière. Elle chante au sein d’un groupe de rock engagé. Elle vibre, elle s’enivre, découvre l’amour et sa ville de nuit contre la volonté d’Haret, sa mère, qui connaît la Tunisie et ses interdits.

A peine j'ouvre les yeux / Baya Medhaffer Ibis d’or de la meilleure actrice

A peine j’ouvre les yeux / Baya Medhaffer Ibis d’or de la meilleure actrice

 

. « La Passion d’Augustine » de Léa Pool (Québec)

Deux Ibis d’or : meilleur scénario et prix du public

Musique : François Dompierre

Ibis d’or du meilleur scénario : « La Passion d’Augustine » de Lea Pool (Canada, Québec)

Ibis d’or du meilleur scénario :
« La Passion d’Augustine » de Lea Pool (Canada, Québec)

Synopsis :

Mère Augustine, dirige avec succès un petit couvent. Passionnée, elle met toute son énergie et son talent de musicienne au service de ses élèves. Lorsque sa nièce Alice lui est confiée, c’est non seulement une nouvelle pianiste prodige qui fait son entrée, mais aussi une jeune femme dont les aspirations sont au diapason de l’époque qui rappelle à Mère Augustine un passé qu’elle avait cru mis de côté définitivement. L’école, malgré sa petite taille, est un joyau musical qui rafle tous le grands prix de piano. Les murs respirent la musique. Mais lorsque le gouvernement du Québec instaure un système d’éducation public au milieu des années soixante, l’avenir de Mère Augustine et ses soeurs est menacé.

 

. « L’Orchestre des aveugles » de Mohamed Mouftakir (Maroc)

Un Ibis d’or : meilleur acteur pour les comédiens Younes Megri et El Jihani Llyas

Musique : Didier Lockwood

Ibis d’or du meilleur acteur – Groupe Barrière : Younes Megri et El Jihani Llyas (ex-aequo) pour « L’Orchestre des aveugles » de Mohamed Mouftakir (France / Maroc)

Ibis d’or du meilleur acteur – Groupe Barrière :
Younes Megri et El Jihani Llyas (ex-aequo)
pour « L’Orchestre des aveugles » de Mohamed Mouftakir (France / Maroc)

Synopsis :

Dans les premières années du règne d’Hassan II, Houche, fan de son nouveau roi, est le chef d’un orchestre populaire. Lui et sa femme, Halima, habitent dans la maison de famille de celle-ci, une maison animée, aux personnages hauts en couleur qui vivent au rythme de l’orchestre et de ses danseuses traditionnelles, les Chikhates. Les musiciens-hommes de cet orchestre bien particulier sont parfois obligés de se faire passer pour des aveugles afin de pouvoir jouer dans des fêtes uniquement réservées aux femmes, organisées par des familles marocaines conservatrices. Houcine est également l’heureux père de Minou. Il prend son rôle très à coeur et souhaite le meilleur pour son fils. Dès l’école primaire, il lui impose d’être le premier en classe. Mais Mimou va rapidement tomber amoureux de Chama, la nouvelle bonne de leur voisine, et pour ne pas décevoir son père, il va tricher en falsifiant son bulletin de notes…

 

. Hommage à Michel Legrand

Son concert au Festival Cinéma et Musique de Film / samedi 14 novembre à La Baule a été une invitation au voyage dans l’univers d’un monstre sacré, d’un pulvérisateur de frontières, avide de musique au pluriel.

Avec ses cent-cinquante longs-métrages, trois Oscars, collaborations en avalanche avec Ray Charles, Miles Davis ou Claude Nougaro, Michel Legrand est l’un des compositeurs français les plus célèbres au monde.

Michel Legrand / légende du cinéma et de la musique de film

Michel Legrand / légende du cinéma et de la musique de film

. Hommage à Jacques Demy

Trois de ses grands classiques ont été rediffusés lors du festival du Cinéma et de Musique de Film : « Les parapluies de Cherbourg », « Peau d’Ane » et « Les demoiselles de Rochefort ».

Les films de Jacques Demy accordent une grande place à la musique. Il a souvent fait appel à Michel Legrand pour composer les musiques. Il s’attelle lui-même aux textes, et allant même à deux occasions jusqu’à réaliser des films entièrement chantés : Les Parapluies de Cherbourg et Une chambre en ville. Il est probablement le seul réalisateur en dehors des États-Unis à avoir obtenu un succès international dans le domaine du film musical avec Les Parapluies de Cherbourg (Palme d’Or au festival de Cannes) et de la comédie musicale avec Les Demoiselles de Rochefort.

Jacques Demy © Agnès VARDA

Jacques Demy © Agnès VARDA